Connexion
Clinique Vétérinaire des Aubépines

3 bis, Place de la Résistance - 18100 VIERZON - Tél : 02 48 71 62 95

Prendre soin de son chien et de son chat en hiver

 

A l’abri du froid pour les plus frileux ou les plus fragiles,  à l’extérieur en prenant quelques précautions pour les plus résistants… Voici quelques conseils pour aider vos compagnons à bien passer l’hiver et affronter le froid.


Vaccins, vermifuges et antiparasitaires à jour

 

Chiens et chats sont comme nous : inégaux face au froid. Certains vont affronter

les rigueurs climatiques hivernales plus facilement que d’autres.

 

Tout dépend, pour chaque animal, de son mode de vie tout au long de l’année, mais aussi de son état de santé général et de son âge.

 

Le chat qui est habitué à sortir et qui peut le faire librement va continuer d’aller et venir à sa guise. Pour lui, pas de grands changements. Il restera à la maison et profitera de la chaleur de son foyer lorsqu’il en aura envie et l’aura décidé.

 

Il convient, par contre, de penser à tenir à jour ses vaccins si ses rappels annuels tombent à cette période (généralement votre vétérinaire vous en informera par courrier), de le vermifuger et de le traiter correctement contre les tiques et les puces.

Les parasites, s’ils peuvent être moins nombreux qu'à certaines périodes (comme au printemps et à l’automne), restent tout de même présents et il est essentiel de continuer à protéger votre chien ou votre chat.

 

 

Parasites : traiter l’environnement


Les puces ont tendance, durant la saison hivernale, a elles aussi apprécier l’intérieur
de nos foyers. D’où l’importance de lutter contre toute infestation en pensant à traiter aussi l’environnement (lieu de couchage des chiens et chats, literies, tapis...).

 

Pour cela, demandez conseil à votre vétérinaire :
Il existe des antiparasitaires spécialement conçus pour traiter l’intérieur des maisons et appartements. Ces antiparasitaires se présentent sous forme de pulvérisateurs ou de foggers (aérosols qui permettent de diffuser le produit insecticide dans toutes les pièces à traiter. Leur mode d'utilisation sera alors bien respecté).

 

Au retour du chat qui a accès à l’extérieur, et régulièrement aussi chez le chien, une inspection soignée permettra de s’assurer de l’absence de tout parasite, mais également d’infection ou encore de blessure. Toute anomalie pourra ainsi être rapportée au vétérinaire.

 

Un bon séchage des pattes (avec inspection entre les doigts) et du ventre est nécessaire lors des sorties les jours de pluie ou de neige.

 

 



Un manteau pour les chiens « fragiles »


Les chiens les plus douillets ou encore plus âgés ou convalescents, pourront être équipés d’un manteau. Il en existe de nombreux dans le commerce. L’essentiel – sans
ridiculiser l’animal ! – est de choisir une taille bien adaptée pour éviter tout risque de frottements pouvant être source d’irritations cutanées et pour que le chien soit bien à l’aise.

 

Les chiens vivant à l’extérieur pourront continuer à le faire dès lors que leur niche est entretenue (nettoyage, changement de la literie, etc.) et placée à l’abri du vent froid et des courants d’air.

 

Adapter l’alimentation des chiens et chats


L’alimentation va dépendre du type d’activité du chien: s’il est sportif ou s’il est amené à fournir des efforts particuliers (randonnées, grandes promenades avec son maître...) sa ration alimentaire sera réévaluée.

 

Dans tous les cas, chez les chiens vivant à l’extérieur, il peut être recommandé d’augmenter la ration journalière de l’ordre de 10-15 à 20 % afin de répondre à des besoins énergétiques modifiés.

 

De même, une adaptation de la ration (avec principalement une augmentation du niveau des protéines) pourra être opérée chez le chat (jeune ou plus âgé) ayant accès à l’extérieur durant cette saison (demandez conseil à votre vétérinaire)

 

Si cela est envisagé, attention à ne pas changer l’alimentation brutalement, ce qui pourrait entraîner des troubles digestifs. Comme à n’importe quelle période de l’année, tout changement doit se faire de façon progressive en diminuant peu à peu l’ancien aliment et en augmentant progressivement la quantité du nouvel aliment que l’on incorpore à la ration.


Veillez enfin, chez les chiens de grande taille, à ne pas trop nourrir votre compagnon (ni trop le faire boire) peu avant qu’il ne soit amené à fournir des efforts importants (longue balade, randonnée, course...). Les chiens de grande taille sont en effet prédisposés à une pathologie appelée dilatation-torsion de l’estomac. Cette affection, véritable urgence vétérinaire est favorisée par un stress ou l'administration d'une grande quantité d'aliments peu avant ou après d'importants efforts physiques.

 

Les maux de l’hiver : consulter sans attendre


Attention enfin à tous les maux particulièrement fréquents chez les chiens et chats en hiver: coups de froid, « rhumes », gastro-entérites… Tout symptôme (toux, essoufflement, diarrhée, fièvre...) ou changement de comportement de votre compagnon (baisse d’appétit, léthargie…), doit vous amener à consulter votre vétérinaire. La mise en place rapide d'un traitement et quelques jours passés au chaud et au repos permettront de traiter ces pathologies évitant toute aggravation ou surinfection.

 

Article offert par ©SantéVet

 

VETOPEDIA
Fiche conseil


Mon animal est opéré

Une intervention chirurgicale est toujours une étape angoissante pour le propriétaire. Il faut comprendre les enjeux d’une opération. N’hésitez donc pas à bien poser toutes vos questions à votre vétérinaire. 
Lire la suite